Résilience mon cul

de et par Joël Maillard
Bild
resiliencemoncul
Ort
Nuithonie
PETITE SALLE
Datum
Die anderen Daten des Stücks sehen
Dauer
01h10
Tarife
Volltarif
30
Ermässigter Preis
25

Stand-up signé Joël Maillard créé au Festival de la Cité à Lausanne, Résilience mon cul fait halte à Nuithonie au fil d’une belle tournée romande !


Pince-sans-rire, ironique, parfois incongru, le comédien s’empare du micro (et d’un synthétiseur) pour mettre à mal notre monde en dérive. Clown blanc autant que farceur patenté, le Fribourgeois excelle dans le décalage – de ton, d’humeur, d’image. Place donc aux pieds dans le plat, aux punchlines, parfois, aux alexandrins. Adepte de la vérité plus ou moins autocensurée, Joël Maillard parle, chante, raconte ses rêves, apostrophe le public (avec bienveillance). Un spectacle drôle, persillé de mise en abyme, où l’on est amené·e à réfléchir à l’utilité de la vulgarité, à la qualité des vannes et à la surabondance de concepts vidés de leur sens dont abuse notre société.

Ce spectacle est en placement libre.


écriture, mise en scène, interprétation Joël Maillard
dramaturgie, maïeutique, motivation Lou Ciszewski, Marie Ripoll
arrangements, son Charlie Bernath, Louis Jucker
lumière Nidea Henriques
costume Coralie Chauvin
production, administration, diffusion Tutu Production
coproduction Festival de la Cité – Lausanne, Arsenic - Centre d’art scénique contemporain – Lausanne, Théâtre Nouvelle Génération – Centre Dramatique National de Lyon, Théâtre Saint-Gervais – Genève, Equilibre-Nuithonie – Fribourg
avec le soutien de Ville de Lausanne, Canton de Vaud, Pro Helvetia, Loterie Romande, Fondation Jan Michalski
La compagnie SNAUT bénéficie d’une convention de subvention pluriannuelle du Canton de Vaud et de la Ville de Lausanne
L’écriture du texte est soutenue par une bourse culturelle 2020 de la Fondation Leenaards, Corodis
création juillet 2022, Festival de la Cité – Lausanne
©David Gagnebin-de Bons

L'Agenda, Jeanne Möschler

Joël Maillard, les trucs qui lui font peur et les choses dont il a marre

Le Courrier, Cécile Dalla Torre

Joël Maillard, à mourir de rire